Ubu Roi ou Les Polonais (Alfred Jarry) :: Théâtre

Ubu Roi (Eric Mie)

Ubu Roi (Eric Mie)

Ubu Roi ou Les Polonais (Alfred Jarry) au Moulin-Bas de Buding, par le Théâtre de Nihilo Nihil, mise en scène de Rémi Barbier.

C’est la seconde fois que je retrouve la troupe sur scène (voir Thyl Ulenspiegel de 2008) pour mon plus grand bonheur : photographier du théâtre, j’Aime !

Ubu Roi ou les Polonais

“Ubu Roi parodie les drames élisabéthains et livre, dans le registre de la farce macabre, une dimension universelle au despotisme égotique. J’ai cette impression d’un concentré historique des jeux de pouvoir et de leurs innombrables dégâts collatéraux, Jarry donnant à la plaine de Pologne le statut de champ de bataille perpétuel, d’un terrain de jeu à louer pour entreprise guerrière de tout poil. Le temps semble aboli et je ne sais si les événements sont à venir ou passés …

On vient de les sortir d’une malle, la représentation va procéder à leur autopsie.”
Rémi BARBIER

Avec Eric Mie (Père Ubu), Frédérique Weber (Mère Ubu), Fabrice Colombero, Ruth Aguirre, Alexandra Hillard, Anaïs Bischoff, Audrey Di Nardo, Carine Lénard, Daniel Proïa, Fabienne Sindt, Karima Ladjici, Laurence Lecler, Marie-Hélène Lénard, Marie-O Tamburini, Olivier Magliano, Patrick Meyer, Tom Barbier et Ugo Mancia.

Plus d’infos sur la troupe et la pièce : Théâtre de Nihilo Nihil

Merdre !

Merdre !

Le point de vue du photographe

Cette année, je n’ai pu venir qu’à une seule représentation, donc j’ai découvert la pièce et ses moments forts en direct. Il faut dans ces cas là être à l’affut constamment, ressentir la pièce et entrer soi même dans le jeu des comédiens pour arriver à anticiper les mouvements et échanges à saisir. Et pour compliquer un peu la tâche (quoi que), je travaille à l’objectif fixe, donc il faut aussi prévoir les changements d’objectifs…

Le Père et la Mère Ubu

Le Père et la Mère Ubu

Pour me placer, trois possibilités : à droite, au milieu, et à gauche du gradin des spectacteurs.  J’ai préféré éviter de me placer au milieu, car je n’aurais pu changer de place, donc n’aurais eu qu’un seul angle de vue. J’ai donc alterné entre droite et gauche du gradin, en passant derrière, ce qui m’a permis notamment d’obtenir des clichés des comédiens au milieu du public.

Au coeur du public.

Au coeur du public.

Enfin, un bon tiers de la pièce s’est déroulé dans une ambiance très peu éclairée. Dans ces moments, il faut pousser son matériel au maximum de ses capacités, et retenir son souffle pour éviter les flous de bougé (cf photo ci dessous et ses exifs)

135mm, 1/80s, 3200 iso, f2 !

Et dans les difficultés classiques : faire attention à rester discret, car les comédiens jouent sans micro, et il ne faut pas les perturber ou déranger les spectacteurs !

Les comédiens jouent avec leurs tripes !

Les comédiens jouent avec leurs tripes !

Côté difficulté, la photographie de théâtre est à mon avis un bon poil au dessus de la photographie de concert. Et plus c’est difficile, plus c’est enrichissant et passionnant !

Je redonne le lien à parcourir : Théâtre de Nihilo Nihil !


  1. moi je trouve ça plus facile car en général la lumière bouge moins 🙂

    en fait quand je couvrais un festival en officiel, je faisais les général pour repérer quelle réglages d’expo correspondaient aux différentes ambiances lumineuses et comme ça j’étais tranquille au moment de la représentation !

    Idem pour repérer à l’avance les moments forts ! Car des fois certains temps forts sont imprévisibles 🙂

  2. Arno Paul dit :

    Ah oui, les générales en costumes et lumières, c’est le top pour le repérage et les photos !

Leave a Reply

Ubu Roi ou Les Polonais (Alfred Jarry) :: Théâtre
loading..